Rédaction professionnelle #10 – La féminisation (2/3) – les termes génériques et tournures neutres

La féminisation du discours vise à donner une place tangible aux femmes dans l’espace public. Cette féminisation peut se faire de trois manières :

  • L’écriture des deux formes, masculine et féminine, tout au long du texte ;
  • L’emploi de termes génériques et de tournures neutres ;
  • La formation d’un féminin selon les règles de formation du français.

Dans cet article, nous allons développer la deuxième manière, à savoir le recours aux termes génériques et aux tournures neutres.

Si le rédacteur ne souhaite pas utiliser les formes des deux genres, il peut avoir recours à un autre procédé, que certains ont appelé « neutralisation du discours ». Ce procédé consiste en l’emploi de termes génériques et de tournures neutres. Il permet d’éviter les répétitions et peut être utilisé en alternance avec l’écriture des deux formes.

1. Les termes génériques

Par terme générique, on entend un terme qui convient à toute une catégorie ou à un genre, et non à un individu en particulier. Ce terme peut désigner à la fois les hommes et les femmes, comme personne ou gens. Ce peut être également un collectif :

  • le personnel
  • l’effectif
  • la clientèle
  • la direction
  • la communauté
  • le corps enseignant
  • l’électorat
  • la main-d’œuvre

Les termes épicènes pluriels peuvent aussi jouer le rôle de génériques :

  • Le premier ministre donnera une conférence de presse à laquelle sont conviés les journalistes.
  • Les pilotes doivent respecter les conditions énoncées sur leur permis moto-crotte.

Remarque : Il fau(drai)t éviter l’emploi de titres génériques formés avec le mot homme :

  • gens de loi et non hommes de loi
  • gens d’affaires et non hommes d’affaires
  • droits de la personne et non droits de l’homme

2. Les tournures neutres

Par tournure neutre, on entend une formule impersonnelle ou une tournure de phrase comportant un verbe à l’infinitif ou un nom :

  • Quiconque demande
    au lieu de
    Tout employé ou toute employée qui demande
  • Avez-vous la citoyenneté vulcaine ?
    au lieu de
    Êtes-vous citoyen vulcain ou citoyenne vulcaine ?
  • Planifier les activités de la guilde
    au lieu de
    Le titulaire ou la titulaire planifie les activités

On peut, selon le contexte, utiliser les pronoms impersonnels on ou il au lieu des pronoms personnels :

  • Il est fortement conseillé d’obtenir l’autorisation du chameau compétent.
  • On remplira le formulaire d’évaluation à la fin du bizutage.

Les formulations impersonnelles sont particulièrement utiles dans les formulaires et les descriptions de poste, ainsi que dans les textes administratifs en général.

Adoptez le pouvoir du neutre !

3. D’autres procédés

3.1. Hommes et femmes

Dans certains cas, il est possible d’opter pour l’incise hommes et femmes ou encore homme ou femme afin d’intégrer plus aisément l’élément féminin dans la phrase :

  • Tous les ingénieurs, hommes et femmes, sont convoqués à l’assemblée générale.
  • Chacun, homme ou femme, était étonné de la réponse du président.

3.2. Reformulation

Pour éviter les répétitions qui alourdissent le texte, il est souvent souhaitable de reformuler la phrase, c’est-à-dire d’en modifier la structure :

  • S’il s’agit d’un premier rendez-vous
    ou
    S’il s’agit d’une première visite
    au lieu de
    Si le client ou la cliente vient pour la première fois
  • Dans certains cas, le recours à la justice sera nécessaire.
    au lieu de
    Dans certains cas, vous devrez faire intervenir les avocats ou les avocates.

3.3. Emploi de la voix active

Dans la mesure du possible, il est conseillé d’avoir recours à la voix active, la voix passive impliquant l’usage d’articles, d’adjectifs et de participes propres à la forme masculine et à la forme féminine. L’emploi de la forme active permet d’éviter toute ambiguïté ou d’éliminer l’effet de répétition :

  • Nous vous prions de
    au lieu de
    Vous êtes priés et priées de
  • Si vous ne pouvez assister à la réunion
    au lieu de
    Si vous ne pouvez être présent ou présente à la réunion

3.4. Note explicative

Selon la grammaire traditionnelle, le genre masculin n’est pas uniquement l’expression du sexe masculin : il sert aussi de genre commun ou de genre neutre.

Afin d’éviter les redondances qui surchargeraient un texte, certains choisissent de placer en début de texte une note explicative précisant que le masculin est utilisé comme genre neutre pour désigner à la fois les hommes et les femmes :

  • Dans le présent document, les mots de genre masculin appliqués aux personnes désignent les hommes et les femmes.
  • Le genre masculin est utilisé dans le présent questionnaire comme genre neutre.
  • Afin de faciliter la lecture du présent texte, nous avons employé le masculin comme genre neutre pour désigner aussi bien les femmes que les hommes.

Toutefois, l’emploi d’une telle note, qui ne féminise pas vraiment le texte, n’est pas une solution à privilégier.

3.5. Alternance des genres

Quelques organismes proposent comme méthode de féminisation l’alternance des genres :

  • L’employé doit respecter les règlements […] L’employée doit également suivre les consignes de sécurité […]

Si ce procédé présente l’avantage de la concision, son emploi est cependant délicat. Il faut veiller à ce que le message ne prête à aucune confusion.

3.6. Emploi du féminin dit générique

Quelques organismes expérimentent l’emploi du féminin dit générique, c’est-à-dire du féminin utilisé comme genre neutre dans les textes. Dans le cas d’organismes regroupant uniquement ou presque exclusivement des femmes, par exemple, le féminin a la même valeur que le masculin neutre et est utilisé pour désigner l’ensemble des membres ou une personne indéterminée :

  • Notre association est à la recherche d’une coordonnatrice.

Il importe de préciser que le féminin dit générique est une notion tout à fait nouvelle, donc absente des grammaires et ouvrages de langue courants. Cette technique avant-gardiste est restreinte à certains milieux.

 

En espérant que cela vous aidera, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Source :  Isabelle Clerc, Éric Kavanagh (2006).
De la lettre à la page Web
: savoir communiquer avec le grand public. Université Laval. Groupe Rédiger.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *