Récolte

« Si la vie n’est qu’un passage, sur ce passage au moins semons des fleurs. »

  • Montaigne

Nuit noire, nuit sourde, où il nous faut être le jour.

C’est un petit cours d’eau où les lignes défilent, doucement. L’émotion s’écoule entre les pierres, emportée par le courant. Il s’agit d’une source nouvelle, qui a jailli depuis peu, et qui serpente à présent une terre brûlée. De bougons bourgeons s’éveillent dans son sillage tandis que la verdure, grisée, vient taquiner le sol rouge.

Il est de ces floraisons dont on ne veut pas faire partie.

Oh, ce n’est pas nécessairement un plant foireux, non. Mais certaines pousses sont plus douloureuses que d’autres.

J’ai cultivé, fut un temps, dans mon champ des possibles. J’y avais une belle fleur, une tulipe blanche ; elle ne s’y plaisait pas. Qu’à cela ne tienne, j’ai persisté ! Terreau des temps modernes, je l’arrosais, attentif à ses désirs, créant chaque jour de nouveaux stratagèmes… Mais rien ne marchait. Cette fleur me donnait des boutons.

Pourtant je l’aimais. Cette fleur qui chantait autrefois finit par se terrer, n’ouvrant sa beauté qu’en de rares occasions. Jour après jour, des feuilles aigries se détachaient et nul ne pouvait imaginer le chagrin de ce petit bouquet.

Finalement, elle finit par me semer après quelques saisons. Lentement, mes petites couleurs périrent. Il ne resta bientôt plus qu’une mosaïque à jamais fanée…

J’aurais aimé que la verdure alentours perdure pour toujours.

Aujourd’hui, ma terre est sèche et le long de cette rivière poussent des tulipes blanches. Ensemble, elles forment une délicate constellation, détail d’une toile inachevée…

Tandis que je déserte mon continent, des pétales s’abandonnent au vent.

Un chapitre éclot, enfin.

Teckhell

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.