Question de langue #36 – « Fini » en début de phrase

L’hésitation

Harassée par quelques remous ressentis au niveau du bas-ventre, Juliette se retrouve face à son ultime feuille de papier toilette. Elle prend alors une grande décision :

« Finies / fini les courgettes au curry ! »

Ne sachant comment l’écrire sur le bout de papier, elle décide de se retenir jusqu’à qu’elle ait le fin mot de l’histoire.

Au pire, il reste les bombecs.

La règle, ses sous-règles et des exemples idoines

Le participe passé fini est parfois employé au début d’une phrase sans verbe, exclamative ou interrogative. On a alors le choix d’accorder ce participe avec le nom qui suit, ce que l’on fait généralement, ou de le laisser invariable. Quel que soit l’accord, fini peut être suivi d’une virgule.

  • Fini les soucis !
  • Finie, la cigarette !
  • Finies les vacances ?
  • Fini, la vie de pacha ?

On peut expliquer ce choix d’accord par la double interprétation possible de cette construction :

  • Fini, les soucis ! peut s’interpréter comme C’est fini, les soucis!,
  • Finis les soucis ! équivaut à Les soucis sont finis.

« terminé » et « fini », même combat ?

Le participe passé terminé est lui aussi parfois employé dans ce contexte. On pourrait donc, logiquement, accorder ce participe passé avec le nom qui suit ou le laisser invariable, tout comme fini. Cependant, puisqu’il y a très peu d’exemples d’invariabilité de terminé dans ce contexte, il vaut mieux opter pour la variabilité, et ce, même si l’on ne peut considérer l’invariabilité comme fautive.

  • Terminée, la vie de célibataire!
  • Terminés, les investissements dans l’immobilier?

Les expressions « étant donné » et « mis à part »

Les expressions « étant donné » et « mis à part » lorsqu’elles précèdent un nom ou un pronom sont, au choix, variables ou invariables. Jamais vous ne pourrez vous planter.

  • Étant donné ses propos ou Étant donnés ses propos.
  • Mis à part son attitude ou Mise à part son attitude.

Si « étant donné » est toujours antéposé, « mis à part » devra obligatoirement s’accorder dans les autres cas de figure :

  • Son attitude mise à part, il faut considérer ses propos.

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Sources : Bruno Dewaele

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *