Question de langue #35 – « censé » ou « sensé » ?

La bourde

Épuisée par la recherche d’emploi et son trek d’hier, Juliette s’énerve contre ses épaulettes :

« Vous êtes sensées m’épauler, bordel de javel ! »

Hélas non.

Juliette (reconstitution), clairement pas au niveau.

La règle, ses sous-règles et des exemples idoines

Voici une confusion qu’on voit passer régulièrement, au grand dam des dames et des messieurs. Les deux homophones « censé » et « sensé » ont pourtant un sens bien différent.

« Censé » signifie « supposé »

On est censé faire quelque chose signifie qu’on est supposé faire quelque chose. Il suffit donc de replacer le mot par « supposé » pour voir si votre phrase garde bien le sens initial. Censé est toujours suivi d’un infinitif.

  • Je suis censé aller au Chili (« je suis supposé aller au Chili » garde le même sens).
  • Mon chili con carne est censé être déjà arrivé.

« Sensé » signifie « qui a du sens », « plein de bon sens »

Encore une fois, il suffit de remplacer le mot par ces expressions pour vérifier si la phrase garde le sens que vous souhaitez. Pour se rappeler de la différence, vous pouvez aussi vous dire que « sensé » s’écrit avec un « s » car il est dérivé du mot « sens »… Ohoho, à relire cette astuce je frémis.

  • C’est un choix tout à fait sensé (« c’est un choix qui a du sens » et non « c’est un choix tout à fait supposé »).
  • C’est tout à fait sensé de croire en Sylvain Durif.

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Sources : FondEtForme

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *