Question de langue #34 – les tirets

Long ou moyen, le tiret a principalement pour rôle de créer un effet d’insistance et de signaler un changement de niveau dans le discours. Comme il détache les éléments de la phrase plus nettement que ne le fait la virgule, le tiret contribue à la clarté de l’expression et facilite ainsi la tâche au lecteur. Il faut toutefois se garder d’abuser du tiret sous peine de lui faire perdre de son efficacité et de sa puissance expressive.

Dialogues et comptes-rendus

Le tiret marque un changement d’interlocuteur dans un dialogue :

  • Victor s’adressant à son père :
    — Peut-on être puni pour quelque chose qu’on n’a pas fait, papa?
    — Mais non, voyons! Pourquoi?
    — Parce que je n’ai pas fait mes devoirs.

Dans les comptes-rendus de réunions, le tiret sépare le nom de l’interlocuteur du texte de son intervention ; il est alors le plus souvent précédé d’un point :

  • Laura Vageuse. — Nous n’aurons pas les ressources nécessaires pour mener ce frelon à terme.
    Simon Tagne. — Je ne vois qu’une solution : l’abandonner.

Marque de la séparation

Le tiret peut s’employer pour distinguer les éléments d’une énumération présentée à la verticale :

  • J’aimerais recevoir au plus tôt les documents suivants :
    — le procès-verbal de la séance du…
    — les annexes II et III du rapport sur…
    — les organigrammes des trois services intéressés.

Le tiret sépare les titres de chapitres ou de subdivisions des lettres ou des numéros qui leur sont attribués. Dans cet emploi, les tirets sont souvent, mais non obligatoirement, précédés d’un point :

  • — La pauvreté au nord du Luxembourg
    1. — Dans les milieux urbains
    2. — Dans les milieux ruraux
  • II — Les relations cygnes-mouettes
    A — Dans les années 60
    B — Dans les années 80

On peut aussi, dans ce dernier cas, ne mettre que le point à la suite du chiffre ou de la lettre :

  • L’immigration
    1. La composante économique
    2. La composante sociale

Le tiret sert enfin à séparer les éléments d’un sommaire, sorte de table des matières que l’on place au début d’un livre ou d’un chapitre. Dans cet emploi, le tiret est très souvent précédé d’un point :

  • Chapitre II
    L’histoire des jardins

Le mythe du paradis terrestre. — Le jardin dans les civilisations orientales. — Le jardin au Moyen Âge. — Les jardins de la Renaissance. — Le jardin après la révolution industrielle. — Le jardin au XXe siècle. — Jardirama.

Effet d’insistance

Comme le tiret ressort davantage que la virgule du point de vue graphique, il est plus apte que cette dernière à capter l’attention du lecteur. Aussi le tiret est-il le signe tout désigné pour souligner une opposition ou une conclusion inattendue, pour créer un effet de chute ou d’insistance :

  • Je croyais que le grade donnait de l’autorité — il en ôte (Jules Vallès, L’Insurgé).
  • L’avenir de l’homme antique devait être révélé. Celui du savant d’hier pouvait être prévu. Le nôtre est à construire — par l’invention et par le travail (Gaston Berger).

https://www.youtube.com/watch?v=yVQ98ruyMzU&feature=youtu.be

Si si, cette vidéo était importante. Poursuivons.

Mise en relief

Les tirets, comme les parenthèses et la double virgule, servent à insérer des éléments qui pourraient être retranchés de la phrase sans que le sens de cette dernière s’en trouve radicalement altéré. Cependant, alors que les parenthèses contiennent une information que l’on juge souvent accessoire, les tirets encadrent des mots que l’on désire mettre en relief :

  • Il m’a demandé de traduire une expression — qui n’avait absolument aucun sens — juste avant mon départ.
  • Après avoir vidé son sac — elle en avait gros sur la patate ! —, elle a remis sa démission.

Avec les parenthèses

Pour éviter la répétition des parenthèses, on recourt le plus souvent aux crochets, mais on peut aussi utiliser les tirets :

  • Marguerite a transformé sa propriété en un immense jardin (elle y a aménagé un verger, un bowling, une salle des fêtes — elle adore Patrick Sébastien —, un carré d’herbes aromatiques, un pré de fleurs sauvages, etc.).

Un passage entre tirets peut également contenir un élément entre parenthèses :

  • Ce jardin public, dont les multiples composantes sont un véritable ravissement pour l’œil — notamment le jardin de sous-bois (qui compte plusieurs espèces de nudistes) —, attire chaque année des milliers de visiteurs.

Le tiret et les autres signes

Quel que soit le tiret, on doit employer la ponctuation exigée par le sens de la phrase. Voici les principales règles qui s’appliquent.

Lorsque les tirets n’ont d’autre fonction que de remplacer un signe, par exemple une virgule, ils ne sont accompagnés d’aucune ponctuation :

  • Il ne m’est jamais arrivé — je le jure — de rater une recette.

Le passage figurant entre tirets doit contenir la ponctuation exigée par le sens de l’énoncé. Si le passage se termine par un point d’interrogation, un point d’exclamation ou des points de suspension, cette ponctuation doit être placée devant le second tiret :

  • La lettre d’invitation — auriez-vous par hasard oublié de l’affranchir? — n’est jamais parvenue à destination.

Lorsque le passage entre tirets doit être suivi d’une virgule, les auteurs hésitent sur la place que doit occuper la virgule par rapport au tiret terminal. Du point de vue logique, et dans la mesure où on assimile les tirets aux parenthèses, on s’attendrait à trouver la virgule après le second tiret. Du point de vue esthétique, cependant, certains estiment qu’il vaut mieux placer la virgule devant le second tiret. Il convient de considérer les deux façons de faire comme acceptables :

  • Après avoir remis de l’ordre dans la cuisine — tout est sens dessus dessous —, faites disparaître, de grâce, le résultat de vos expériences sexuelles.
    ou
    Après avoir remis de l’ordre dans la cuisine — tout est sens dessus dessous, — faites disparaître, de grâce, le résultat…

À la différence de la parenthèse fermante, le tiret terminal disparaît devant les deux points et le point-virgule :

  • Elle raffole de ces aliments exotiques — sans doute un peu à cause de leur nom : le nappa, le pé-tsaï, la tétragone, la crosne du Japon, etc.

On omet le second tiret lorsqu’il coïncide avec la ponctuation finale de la phrase : point d’interrogation, point d’exclamation, points de suspension, point final, point abréviatif :

  • Je n’ai plus d’ambition — ni d’inspiration.

On peut placer le tiret après tout signe de ponctuation que l’on désire renforcer. Le tiret prolonge ainsi la pause indiquée par la virgule, le point-virgule, le point final, etc. :

  • Elle lui a opposé une fin de non-recevoir, — mais il a continué d’insister.
  • Il est prouvé que l’activité humaine contribue à la destruction de la couche d’ozone. — Et l’on refuse toujours de s’attaquer aux flatulences bovines.

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Sources : Cordial, ma grand-mère Paulette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *