Question de langue #30 – Le point-virgule dans la langue française

Aujourd’hui, pour la trentième question de langue, on va parler de mon chouchou toute ponctuation confondue, j’ai nommé : le point-virgule !

Le breffage du fabuleux point-virgule

Le point-virgule, qui correspond à une pause de durée moyenne, se place en principe entre des propositions indépendantes mais reliées par une même action et faisant partie d’une même idée (parfois contradictoire). Règle typographique locale oblige, une espace avant et une espace après.

  • Il tombe et se débat ; le nain de jardin se jette sur lui ; la machette pénètre et met un terme aux hostilités.
  • Il est beau, gracieux, diplômé ; il pointera à Pôle-Emploi.

Ceci dit, l’emploi du point-virgule se rapproche souvent de celui d’une simple virgule…

  • Ce n’était pas un flamby ; pourtant je me sentais seul.

Tout est affaire de sensibilité, et ce point est mal-aimé voire menacé ces derniers temps… Certains académiciens expriment d’ailleurs joliment leur opinion à ce sujet.

Voilà pour les fonctions principales du point-virgule. Mais il est polyvalent et a un incroyable qualités, donc passons en revue ces autres potentialités.

Les talents insoupçonnés de l’époustouflant point-virgule

Mettre en parallèle des propositions qui expriment une opposition ou une comparaison

  • Il voulait en finir avec le chili con carne ; elle voulait continuer.
  • Aimer pour être aimé, c’est de l’homme ; mais aimer pour aimer, c’est presque de l’ange (A. de Lamartine, Graziella).
  • La vraie barbarie, c’est Dachau ; la vraie civilisation, c’est d’abord la part de l’homme que les camps ont voulu détruire (A. Malraux, Antimémoires).

Le point-virgule est également utilisé lorsque la deuxième proposition débute par un adverbe.

  • Sa voiture est tombée en panne au milieu de la campagne ; heureusement un poney passait par là.

Distinguer des propositions qui renferment déjà une ou plusieurs virgules, notamment lorsqu’il y a ellipse du verbe dans la deuxième proposition

  • Le rôle du maître du jeu, c’est de créer ou d’adapter un scénario; celui des joueurs, de le faire vivre.

Si l’on remplaçait le point-virgule par une virgule dans ce dernier exemple, il serait plus difficile de distinguer les rapports qui existent entre les idées, puisque la virgule se trouverait à remplir des fonctions différentes dans la phrase.

Se placer entre diverses propositions subordonnées dépendant d’une même principale

  • Je suis content que tu sois venue ; que ton sourire édenté illumine partiellement ce moment ; que ton rire me fasse oublier mon bégaiement.

Séparer les éléments d’une énumération

Le point-virgule sépare habituellement les membres d’une énumération horizontale ou verticale.

Énumération horizontale : 

  • Le bon rédacteur se méfie : a) de ses collègues ; b) des relectures ; c) des CDI.

Énumération verticale :

La vie accorde des à-côtés sympathiques :

  1. l’amour ;
  2. les Scottish terriers ;
  3. les massages crâniens.
Je pourrais le regarder durant des heures.

Et puis aussi…

Le point-virgule remplace la virgule lorsque celle-ci prêterait à confusion, comme après un nombre à virgule ;

  • Les coordonnées de la pelleteuse sous-marine sont : 12,3 ; 16,4.
  • Je te rappelle que tu me dois 2,93 milliards d’euro ; j’aimerais les récupérer.

On peut également le trouver entre les prémisses d’un syllogisme, au service de la mauvaise foi.

  • Rémi tremble ; les épileptiques tremblent ; Rémi est donc épileptique.

En langage informatique, il peut avoir un usage de séparateur dans divers langages ( C, C++, Java, JavaScript, CSS, PHP, etc.) et/ou marquer la fin d’une ligne de programme.

  • p {color: black; background: white;}
  • echo « Ian Curtis »;

Rappelons aussi qu’il fait partie de l’acronyme « TL;DR » (Too Long; Didn’t read), qui signifie littéralement « trop long  ; pas lu » et qui fait office de réponse cynique à un message jugé trop long par rapport à son intérêt présumé . Même si des variantes comme « TL,DR » voire « TL:DR » existent, la forme avec le point-virgule reste la plus utilisée et c’est fantastique.

Enfin, dans les émoticônes, il représente le clin d’œil et ses dérivés 😉

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Sources : La-ponctuation.com, ma grand-mère Paulette

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *