Question de langue #27 – « à travers » ou « au travers » ?

L’hésitation

Ah, si vous aviez un journal intime, vous en témoignerez des choses ! Rappelez-vous, jeudi dernier :

« La balle est passée à travers / au travers de la porte et a étêté le pauvre Jimmy. »

Face au doute, vous choisissez de coller le rapport du légiste à la place.

Une galère de français ? Accrochez-vous !

La règle, ses sous-règles et des exemples idoines

Bon, on va déjà commencer à débroussailler niveau sémantique :

  • La locution à travers signifie « en traversant quelque chose » et connote – bien que faiblement – une notion d’obstacle.
    Il est passé à travers de nombreuses difficultés.
    La lumière passe à travers ce rideau.
  • Au travers s’emploie au sens même d’à travers mais de préférence quand il y a résistance, obstacle :
    Ils se frayèrent un chemin au travers de l’ennemi, sans ramasser les tripes.
    L’obus ne peut passer au travers du blindage, espérons qu’ils ont laissé la trappe ouverte.

En bonus, quelques travers voisins :

  • en travers signifie « d’un côté à l’autre dans le sens de la largeur »
    Il faut mettre des barres en travers de la table pour la solidifier.
  • se mettre en travers de signifie « bloquer », « gêner »
    Ne vous mettez pas en travers de notre chemin ou on vous casse la bouche.

Usage avec complément

Si à travers et au travers sont plutôt synonymes que ça, quelque chose les différencie et c’est le de :

  • La locution au travers est toujours suivie de la préposition « de » ou d’une forme contractée de l’article (du = de le; des = de les; de = des devant un adjectif).
  • La locution à travers ne se construit pas, dans son emploi moderne, avec la préposition « de ».

Ainsi, on dira ou écrira :

  • Il a regardé au travers des (= « de les ») rideauxalors qu’ils sont opaques.
  • Il a regardé à travers les rideaux, alors que j’étais derrière et tout nu.

Bien sûr, il existe des petites phrases mignonnettes qui vous font douter de tout. Par exemple :

  • Il est passé à travers de nombreuses difficultés.

« à travers de, incorrect ! » Eh bah non : la construction fonctionne, le « de » n’est pas une préposition mais la forme contractée de l’article indéfini « des » (forme préférable à « des » devant un adjectif). Tout ceci est diabolique.

Usage sans complément

Lorsqu’elles sont utilisées sans complément, les deux locutions s’emploient sans « de ».

  • La foule était dense, mais il est passé à travers / au travers.

Un emploi quelquefois abusif

À travers et au travers sont souvent employée avec un sens douteux dans des constructions boiteuses.

  • À travers la lecture attentive de son testament, on peut découvrir son point de vue.
  • À travers son texte, l’auteur nous fait découvrir un univers de fonctionnaire.
  • Au travers de cette commémoration, ils honoraient leurs première semaine sans pizza.

On peut alors avantageusement la remplacer par une autre préposition ou, tout simplement, la supprimer en modifiant la structure de la phrase.

  • À / Par la lecture attentive de son testament, on peut découvrir son point de vue.
  • La lecture de son testament permet de découvrir son point de vue.
  • En lisant attentivement
  • Dans son texte, l’auteur nous fait découvrir un univers de fonctionnaire.
  • Par / Grâce / À travers cette commémoration, ils honoraient leurs première semaine sans pizza.

De plus en plus, on trouve la locution à travers employée au sens de « partout au », « tout autour de »…, « aux quatre coins de »… Bien que ces emplois soient passés dans l’usage, il est possible d’utiliser des prépositions plus justes.

  • À travers le monde (= tout autour du monde), on connaît les rigueurs du climat canadien.
  • Elle a voyagé à travers (= partout au monde, aux quatre coins du monde…) le monde.

 

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Sources : Cairn

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *