Question de langue #19 – Les accents (1/3) : l’accent aigu

De temps en temps, les accents sont de fieffées enflures… Pour fixer leurs différents emplois, j’inaugure donc une série de questions de langue leur étant dédiées ! Je me concentre sur leur usage dans la langue française et non leur histoire, que d’autres sites ont déjà développée de manière satisfaisante. Si besoin est, voici les liens vers les accents grave ainsi que circonflexe et tréma.

Aujourd’hui : l’accent aigu, que l’on utilise sur la lettre « e »
et que l’on prononce /e/ ou /ɛ/ suivant les situations.

Dans certains cas on met un accent aigu sur le « e »

Règle 1 : On utilise un accent aigu lorsque la voyelle « e » est la première lettre du mot.

  • étable, élection, étendre

Exceptions : ère, ers (légume cousin de la lentille)…

Règle 2 : On utilise un accent aigu lorsque la voyelle « e » est la dernière lettre du mot.

Attention, cela concerne aussi les mots au pluriel terminant par un -s ou se terminant par un -e muet.

  • Un canapé, des canapés, un abonné, une abonnée

Règle 3 : On met un accent aigu lorsque la voyelle « e » est placée entre deux consonnes.

  • mélangé, préféré…

Exceptions : Pedigree, repartie (dans le sens de « réplique » mais on écrit « répartir »), revolver.

Attention : besicles ou bésicles (toujours au pluriel).

Règle 4 : on met un accent aigu sur un « e » précédant une syllabe sans « e » muet.

  • immédiat – compléter – génération – généralement

Aujourd’hui (à quelques dizaines d’années près…), l’orthographe de certains mots change pour respecter cette règle. Reverso.net le résume plutôt bien :

On écrivait autrefois certains mots tels que événement, réglementation… et les formes de futur et de conditionnel telles que il complétera, il gérerait… avec un accent aigu même s’il était suivi d’un e muet.

Afin de supprimer les exceptions à la règle décrite ci-dessus, les rectifications de l’orthographe de 1990 préconisent l’accent grave pour ces mots :

  • un évènement – la règlementation – il complètera – il gèrerait

On ne met jamais d’accent aigu sur un e qui précède un x ni devant une consonne double

  • un exercice – flexible – circonflexe – intéressant – il appelle

Règle 5 : On met un accent aigu sur la dernière lettre des participes passés des verbes du premier groupe (terminaison en -er) et sur le participe passé du verbe être.

  • mangé, travaillé, été
« mettre l’accent sur quelque chose » (allégorie)

En revanche, dans d’autres cas on ne met pas d’accent aigu sur le « e »

Règle 6 : on ne met pas d’accent aigu lorsque la voyelle « e » est suivie de « d », « f » ou « r » ou si « z » est la dernière lettre du mot.

  • Une nef, une clef, pied, nez…

Règle 7 : on ne met jamais d’accent aigu sur les voyelles « e » précédant un « x ».

  • un accent circonflexe, le sexe.

Règle 8 : on ne met jamais d’accent aigu sur les voyelles « e » précédant des consonnes doubles.

  • une trompette, une étique

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Sources : LaLangueFrançaise

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *