Question de langue #17 – Majuscules et titres de fonction

L’hésitation

Excédé(e) par votre dernière transaction sur LeBonCoin.fr, vous envoyez un courriel à la personne avec qui vous avez fait affaire.

Bonjour madame / Madame Flagadoskowitz,

Je vous écris à propos du chinchilla que vous m’avez vendu en échange d’une pelle. S’il creuse efficacement, il ne semble pas le faire de manière continue – ce que vous m’aviez pourtant assuré ! – et compromet à terme mon projet de crypte. Si vous ne m’indiquez pas au plus vite une technique pour le mettre au travail, j’en déduirais que vous êtes un escroc et en référerais au ministre / Ministre de l’économie, monsieur / Monsieur Momo Nez.

Pas si cordialement,

Vous avez cependant peur que votre orthographe soit prise au compte par les avocats de la partie adverse en cas de procès. En attendant de calmer cette angoisse, vous lancez un Twister avec votre nouveau rongeur.

Pourtant, chacun sait que les chinchillas sont de bien meilleurs concepteurs-rédacteurs.

La règle, ses sous-règles et des exemples idoines

Dans une salutation, une interpellation, une apostrophe

On met une majuscule aux titres de fonction et aux appellations de convenance lorsqu’on s’adresse aux personnes elles-mêmes par écrit, par exemple dans l’appel et dans la salutation d’une lettre ou sur une carte d’invitation. On peut considérer que le titre remplace alors le nom de la personne.

Dans ce contexte, l’adjectif, la préposition ou la particule (premier, premièresous, vice) qui précède le nom prend aussi la majuscule.

S’il s’agit d’une appellation composée, chacun des noms correspondant à une fonction prend la majuscule. Dans ce cas, on n’abrège pas Monsieur ni Madame.

  • Monsieur le Premier Ministre, Monsieur le Chef de l’opposition, Madame la Vice-Première Ministre, Monsieur le Sous-Ministre, Madame la Sous-Ministre associée, Monsieur le Chef de cabinet, Monsieur le Maire, Madame la Présidente / Madame la Vice-Présidente aux finances, Monsieur le Premier Vice-Président, Monsieur le Directeur général / Monsieur le Président-Directeur général, Madame la Vice-Présidente et Directrice générale, Madame la Directrice des communications, Madame la Secrétaire-Trésorière, Mesdames les Conseillères municipales / Messieurs les Conseillers municipaux, Madame la Coordonnatrice du protocole…

Dans une adresse, une signature ou une carte de visite

Attention à ne pas confondre les majuscules de signification, c’est-à-dire celles que l’on met aux titres, avec les majuscules de position, que l’on met aux noms lorsqu’ils commencent une ligne, par exemple dans une adresse, dans une signature ou sur une carte professionnelle. Dans ce cas, on met la majuscule seulement à la première lettre de la ligne ainsi que, bien sûr, aux noms propres et aux appellations comportant normalement une capitale.

  • Madame Brigitte Alors
    Présidente-directrice générale
    Société ABC
  • Monsieur André San Frapé
    Secrétaire-trésorier
    13, rue du rut
    13013 Marseille
  • Madame Nicole Ainmayard
    Ministre des Questions de langue
  • Monsieur Paul Pot-au-feu
    Sous-ministre adjoint
    Ministère de la Cuisine publique
  • Rémi Lemaire
    Concepteur-rédacteur agréé

Dans le corps d’un texte

Dans le corps d’un texte, et notamment si le titre est accompagné du nom de la personne, mais qu’on ne s’adresse pas à elle, on garde la minuscule initiale. Par ailleurs, les titres de civilité monsieur, madame, mademoiselle restent en minuscules. D’ailleurs, mademoiselle ne s’emploie plus que si l’on s’adresse à une toute jeune fille ou à une femme qui tient à se faire appeler ainsi ; son usage dans les documents officiels français est progressivement abandonné depuis 2012.

  • Mme Jeanne Aymar, ministre des Finances et présidente du Conseil du trésor, a prononcé une allocution.
  • Le ministre de l’Epilepsie, Rémi Stigri, a donné une vibrante conférence de presse.
  • John Smith, premier ministre de Grande-Bretagne, est en visite officielle au Canada.
  • J’ai transmis votre demande à Mme Judith Donque, qui y donnera suite.
  • Notre directeur général participera à ce congrès.
  • Le ministre de l’Environnement a inauguré une usine de filtration de vin chaud.
  • La ministre a dévoilé sa nouvelle politique relative aux services de garde.
  • Le conférencier sera le révérend père Richard Habia.
  • La maison de la culture présente une exposition des œuvres du frère Ezekiel.
  • Son nom de religieuse était sœur Marie-des-Bagnoles.
  • le ministre nous fera l’honneur de présider la cérémonie.
  • Ils ont chaleureusement salué le nouveau r
  • Le consul général de France leur a remis les insignes de la Légion d’honneur pour avoir fini Pokemon GO.
  • Le prince de Galles est en visite officielle à Arcachon.

Les abréviations des noms et des titres de personne

Il y a des cas ou des contextes où l’abréviation est déconseillée, notamment lorsqu’on s’adresse directement aux personnes : noms propres de personnes, titres de civilité ou titres honorifiques, appels et suscriptions ne s’abrègent pas. Dans les faire-part et les cartes d’invitation, on écrit également les titres en toutes lettres.

On peut cependant, et c’est l’usage le plus fréquent, employer l’abréviation d’un titre de civilité ou d’un titre honorifique si elle est suivie du nom propre de la personne dont il est question (mais à qui on ne s’adresse pas) ou d’un second titre. Enfin, je rappelle que l’abréviation du terme « monsieur » est « M. » et non « Mr. », qui est celle du terme « mister ».

  • Madame la Présidente (formule d’appel)
  • Monsieur Bruno Salvail, président de Sogenag, a l’honneur de vous inviter. (invitation)
  • Dubois arrivera demain.
  • J’ai transmis votre demande à Simon Spitzberg, qui y donnera suite.
  • Le discours de Mmela ministre Lise Frenette a été commenté dans les médias.
  • Le président de Sogenag, Bruno Salvail, est heureux d’annoncer la nomination de Mme Caroline Moreau au poste de… (avis de nomination)
  • M. la reine Élisabeth est venue au Canada.
  • Sa Majesté est venue au Canada. (et non : S. M. est venue au Canada)

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Source : OQLF

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.