Question de langue #10 – Orthographier l’impératif présent

L’hésitation

Ivre de pouvoir, vous aimez exiger et que l’on vous obéisse. Pourtant, lors de votre dernière missive, vous vous êtes creusé(e) la tête.

« Je veux un taille-crayon qui ne se vend qu’à Londres : vas-y/vas yamène/amènes des renforts et rapporte-moi/rapporte moi ce trésor. »

Vous faites grise mine, d’autant plus que l’on vous a rapporté un stylo. Ce n’est pas une coïncidence… votre autorité ne doit souffrir d’aucune faille, reprenez-vous !

Sans coup de pouce, vous serez rapidement mis à l’index.

La règle, ses sous-règles et des exemples idoines

Les verbes à l’impératif ne se conjuguent qu’à trois personnes : la 2ème personne du singulier et les 1ère et 2ème personnes du pluriel. On le forme sur le même radical que le présent de l’indicatif auquel on ajoute les terminaisons suivantes :

  • Verbes du premier groupe : -e, -ons, -ez ;
  • Verbes des deuxième et troisième groupes : -s, -ons, -ez.

Que serait une règle sans ses exceptions ? voici les plus courantes :

  • Aller => Va
  • Cueillir => Cueille
  • Avoir => Aie
  • Ouvrir => Ouvre
  • Savoir => Sache
  • Couvrir => Couvre
  • Offrir => Offre
La place du pronom à l’impératif affirmatif

À la forme affirmative, les pronoms suivent le verbe et sont rattachés par un trait d’union.

  • Cette règle est simple, souvenez-vous-en !

 S’il y a plusieurs pronoms, le pronom COD suit immédiatement le verbe, les autres pronoms se placent après.

  • J’ai besoin de cette technique, enseignez-la-moi.
    Il serait incorrect de dire « enseignez-moi-la ».
    >> Cas particulier : si le COD est « en » alors il occupera toujours la deuxième place (« Je veux de la dope : donne-m’en »)
La place du pronom à l’impératif négatif

À la forme négative, les pronoms retrouvent leur place devant le verbe (verbes pronominaux compris).

  • Ne me le donne pas maintenant, il bouge encore.
  • Ne te lève pas tout de suite, on continue de nous tirer dessus.
  • Ne vous perdez pas en chemin, ce couloir est retors.
Le « s » intermittent de l’impératif singulier

À l’impératif singulier, les verbes du 1er groupe ont une terminaison en « e ».  Cependant, devant « en » et « y» qui  suivent immédiatement le verbe, on ajoute un « s » aux verbe en « er » à l’impératif singulier et on le joint par un trait d’union comme tous les pronoms qui suivent un impératif.

  • Amènes-y ton marabout.

Cette règle s’applique aussi au verbe « aller »

  • Vas-y, tu es maître de ton caniche.

Fiez-vous à votre oreille : la liaison que vous aurez tendance à faire naturellement vous aidera. Si vous prononcez le verbe et que le son vous paraît étrange, il y a une couille dans le potage.

  • Mange-en, c’est bon pour les orteils.

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Source : LeConjugueur, FrançaisFacile

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.