Question de langue #01 – « Se rendre compte »

La bourde

Nous accordons sans trop nous poser de questions la phrase « Juliette s’est rendue à Pôle Emploi. ». Et immédiatement après, le même accord nous vient pour « Juliette s’est rendue compte de son erreur. ».

Hélas non.

Kermit, en sa qualité de masculin singulier, ne s’était jamais posé la question.

La règle

Quand l’expression « se rendre compte » est conjugué aux temps composés, le participe passé est invariable.

Pourquoi donc ? Eh bien, la règle d’accord des verbes occasionnellement pronominaux indique qu’un participe passé ne s’accorde qu’avec un complément direct placé devant le verbe. Or, dans se rendre compte, le complément direct n’est autre que le nom compte, toujours placé après le verbe, d’où l’invariabilité du participe passé.

Voici pour la théorie ; un peu de pratique ?

Des exemples

  • Ils se sont rendu compte trop tard qu’ils avaient oublié d’effacer leur historique.
  • Lorsqu’Evgenia l’a rencontré, elle s’est vite rendu compte qu’elle pourrait succomber à son charme.

Oui, ça choque un peu au début. Il est intéressant de noter que la forme se rendre compte que (suivie de l’indicatif), parfois critiquée, est généralement acceptée de nos jours, au même titre que la forme se rendre compte de (suivie d’un nom).

En espérant avoir fait la lumière sur toute cette affaire, je vous dis :
à plus tard… au plus tôt !

Rémi L.

Sources : OQLF et Projet-Voltaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.