Journal de bord – Le design d’interactions

Entre deux questions de langue et une procrastination, votre serviteur poursuit son petit bonhomme de chemin… Pour vous donner une brève idée de ma situation, je suis ce que l’on appelle un « jeune diplômé ». J’adorerais y voir quelque connotation romantique mais, la plupart du temps, cela revient à jouter avec l’administration française. En moins de six mois, je me suis fait des tas d’amis : Pôle Emploi, l’APEC, la Caf, la MPDH, l’Agefiph, l’Ursaff… sans compter leurs intermédiaires . Tous ensemble, nous essayons de m’avoir un emploi, si possible dans mon domaine de compétences (la conception-rédaction). 

Bien que la paperasse soit partout (« tout est langage », pour citer Dolto), les offres se font rares et le rédacteur-chercheur d’emploi que je suis a du temps devant lui, entre deux candidatures sans réponse. J’en profite généralement pour me former (logiciels PAO bonjour), dépoussiérer mon anglais et surtout me préparer à la maîtrise en design d’interactions que je compte passer en septembre 2017 dans la ville de Québec.

Qu’est-ce que le design d’interactions ?

« Le design d’interaction (IxD) se définit comme la structure et le comportement des systèmes interactifs. Les designers d’interaction s’efforcent de créer des relations signifiantes entre les personnes, les produits et les services qu’elles utilisent, des ordinateurs aux terminaux mobiles et au-delà. »

  • IxDA, association professionnelle américaine

« Le designer d’interaction conçoit des produits et des services numériques. Sa démarche consiste à définir la façon dont les personnes, les produits et les services dialoguent. Il imagine la forme et le comportement d’objets, d’interfaces ou d’environnements numériques. Les interactions qui sont en jeu concernent aussi bien la dimension numérique des produits que leur dimension physique et mécanique. Très souvent, il s’adjoint des compétences en électronique et en design produit. »

Les pratiques du design d’interaction reposent sur les trois grands principes que sont l’analyse, l’adaptation et la réaction. Bien que discipline voisine, elle n’est pas l’équivalente de l’expérience utilisateur (UX) mais ceci est une autre histoire… Tâchons déjà d’être accepté à l’Université Laval et d’y obtenir la maîtrise éponyme :

« Le programme de maîtrise en design d’interaction forme des designers spécialistes de l’interface et de l’interaction entre les humains et les systèmes, avec des préoccupations particulières pour le design thinking, les processus de conception,l’architecture d’information, le design graphique et l’ergonomie (de correction, de conception et de prospection). Bien que le Web « classique » soit toujours un média d’importance, le programme met aussi beaucoup l’accent sur la mobilité, les jeux vidéos, les interfaces de systèmes spécialisés, les objets connectés, les installations urbaines, etc. »

  • École de Design de l’Université Laval (Québec)

Mes premières lectures IxD

Lorsque j’étais au Canada début 2016, j’ai eu le plaisir d’échanger avec Eric Kavanagh, professeur agrégé et directeur de la Maîtrise en Design d’Interactions (MDI). Bien que nous ayons oublié d’immortaliser notre rencontre avec un selfie, je lui ai fait part de mon désir d’intégrer ce cursus à l’horizon 2017. Enthousiaste, Kavanagh m’a transmis une liste d’ouvrages introductifs pour me faire ma propre idée sur la discipline. Parmi ces vingt-cinq livres, il m’en a recommandé trois que je vais vous présenter, les ayant terminés depuis peu.

Principes Universels du Design (Butler, Holden & Lidwell, 2011)

« Qu’il s’agisse d’une affiche de campagne électorale, d’une exposition dans un musée, de la maquette d’un magazine, d’une campagne marketing ou encore de la conception d’un jeu vidéo, les créations qui nous entourent sont la synthèse de nombreux concepts et pratiques qui relèvent de différentes disciplines. Premier manuel de design interdisciplinaire, Principes universels du design passe en revue 125 principes fondamentaux du design. Chaque concept est défini très clairement, puis mis en application et illustré par des exemples concrets, pris dans des domaines très variés. Pour la première fois, les designers ont à disposition un ouvrage en français qui rassemble une base de connaissance pratique et simple d’utilisation. Une référence incontournable pour tous les designers, ingénieurs, architectes, web designers, étudiants, enseignants, etc. »

  • Quatrième de couverture (à peine promotionnelle) de l’ouvrage

Que dire ? Le livre est dense mais sa richesse pluridisciplinaire m’a ravi en ce que j’y ai retrouvé des thèmes chers à la psychologie sociale et à la pédagogie, deux possibilités de carrière que j’avais un temps envisagées. Parmi les principes évoqués, je peux vous citer pêle-mêle la dissonance cognitive, l’accessibilité, le cycle de développement, la communication narrative (storytelling)… Il s’agit à mon sens d’un excellent point de départ pour se familiariser avec les grands principes ainsi qu’un précieux aide-mémoire pour la suite.

100 Things Every Designer Needs to Know About People (Weinschenk, 2011),
100 MORE Things Every Designer Needs to Know About People (Weinschenk, 2015)

Dans 100 Things Every Designer Needs to Know About People et sa suite, Susan Weinschenk présente un panorama de cent faits ayant leur importance dans la conception d’un système interactif (application, site web, etc.). Peu de blabla, ici il est question de chiffres, d’expérimentations et surtout de vulgarisation. Les fiches s’intéressent à la façon dont les gens observent, lisent, se souviennent, raisonnent, ressentent, se concentrent…  Les illustrations pertinentes permettent de bien intégrer les différents enjeux et des propositions pratiques à mettre en oeuvre rapidement ce que vous venez d’apprendre. Le second ouvrage est plus dispensable mais vous apprendra quand même deux-trois trucs au passage. Que vous soyez développeurs, designers, graphistes ou juste curieux, jetez-y un œil !

***

Vous l’aurez compris, ces lectures m’ont décidé et même résolu. Je tâcherai d’éplucher un peu plus encore cette liste d’ouvrages pour apprendre et comprendre ce drôle de monde qu’est le Design d’Interactions. En parallèle, comme la transmission et le partage aide à fixer les connaissances, je rédigerai prochainement des articles consacrés aux phénomènes évoqués dans ces ouvrages afin que vous aussi puissiez en profiter.

À plus tard, au plus tôt !

Rémi L.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *