Design d’Interactions #13 – L’effet d’expectation

Régulièrement, je mets en avant certains principes et thématiques en rapport avec le design d’interactions. Il se peut que cette fiche soit amenée à évoluer, au fur et à mesure de mon apprentissage et de l’évolution de ma sensibilité. 

Qu’est-ce que l’effet d’expectation en Design d’Interactions (IxD) ?

Il s’agit du phénomène dans lequel la perception et le comportement changent sous l’effet d’attentes du sujet ou d’autres personnes.

Quelques exemples

L’effet d’expectation désigne les manières dont les attentes ou expectations affectent la perception et le comportement. En général, quand une personne a conscience de l’issue probable ou désirée d’une action, ses perceptions et son comportement changent légèrement. Voici quelques exemples de ce phénomènes :

  • Effet de halo : un employeur va juger la travail d’un employé meilleur que celui d’un autre parce qu’il a une impression globale positive de cet employé.
  • Effet Hawthorne : les employés sont plus productifs s’ils croient que les aménagements de leur environnement vont améliorer leur productivité.
  • Effet Pygmalion : les étudiants réussissent plus ou moins bien en fonction des attentes de leurs professeurs.
  • Effet placebo : les patients ressentent les effets d’un traitement en fonction de leur confiance dans l’efficacité de ce traitement.
  • Effet Rosenthal : les professeurs traient leurs élèves différemment en fonction des résultats qu’ils en attendent.
  • Caractéristiques de la demande : les sujets participant à une expérience ou à une enquête agissent et répondent en fonction des attentes qu’ils prêtent à la personne qui dirige l’expérience ou qui pose les questions.

L’effet d’expectation peut influencer la perception et le comportement, mais temporairement seulement. Dans cet exemple, le marqueur situé sur l’axe temporel indique le moment où une attente a été définie. Il en résulte une brève augmentation des performances (productivité accrue), suivie d’un retour à la valeur de référence.

Quel impact ?

L’effet d’expectation peut avoir un impact important sur la perception et le comportement. Par exemple, si vous dites à un groupe d’individus nombreux que tel nouveau produit va changer leur vie, vous pouvez vous attendre à ce qu’un grand nombre d’entre eux trouvent effectivement que leur vie a changé grâce à ce produit : la croyance crée le changement. Dès lors qu’une personne croit que quelque chose va se passer, sa conviction crée une possibilité pour que cette chose se passe.

Une présentation crédible génère un effet d’expectation chez environ 30% des personnes ciblées. Il est parfois préférable de laisser les allégations et résultats dans la vague. En effet, une personne crédule a tendance à interpréter une information ambiguë en fonction des ses propres attentes. Utilisée à l’origine pour vendre des remèdes de charlatan, cette technique est encore largement exploitée dans les prédictions astrologiques et les publicités pour des régimes miracle.

Cet effet peut malheureusement avoir un impact négatif sur la capacité à apprécier justement le succès d’un design. Comme les designers ont naturellement un rapport subjectif à leurs créations, ils influencent sans le vouloir les sujets sur lesquels ils les testent, par des paroles ou des actions, ou encore ils omettent les résultats qui contredisent leurs espoirs. Les personnes testées réagissent souvent en cherchant à satisfaire les attentes qui leur sont communiquées.

Quelles applications en design d’interactions ?

Au designer de tenir compte de l’effet d’expectation lorsqu’il présente et défend un design ! Lorsqu’il essaiera de convaincre, il devra définir des attentes qui vont sembler crédibles au lieu de laisser les gens se forger leur propre opinion objective. Lorsque le designer évaluera un design, il lui faudra également mettre en oeuvre des procédures de test rigoureuses pour éviter que l’effet d’expectation ne déforme les résultats.

Si vous avez des ouvrages, des articles et des outils en rapport avec cette thématique, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires !

Rémi L.

Bibliographie :
Harrington, A. (1999). The placebo effect: An interdisciplinary exploration (Vol. 8). Harvard University Press.
Lidwell, W., Holden, K., Butler, J., & Butler, J. (2011). Principes universels du design. Eyrolles.
Mayo, E. (2004). The human problems of an industrial civilization. Routledge.
Rosenthal, R., & Fode, K. L. (1963). The effect of experimenter bias on the performance of the albino rat. Systems Research and Behavioral Science, 8(3), 183-189.
Rosenthal, R., & Jacobson, L. (1966). Teachers’ expectancies: Determinants of pupils’ IQ gains. Psychological reports, 19(1), 115-118.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.