Archives de catégorie : Astuces rédactionnelles

Question de langue #27 – « à travers » ou « au travers » ?

L’hésitation

Ah, si vous aviez un journal intime, vous en témoignerez des choses ! Rappelez-vous, jeudi dernier :

« La balle est passée à travers / au travers de la porte et a étêté le pauvre Jimmy. »

Face au doute, vous choisissez de coller le rapport du légiste à la place.

Une galère de français ? Accrochez-vous !

Continuer la lecture de Question de langue #27 – « à travers » ou « au travers » ?

Rédaction professionnelle #08 – Les procédés de vulgarisation

Vulgariser un texte, c’est l’adapter à un public de non-initiés afin que le plus grand nombre de lecteurs puissent le comprendre, quel qu’en soit le contenu. Par exemple, les textes administratifs doivent être adaptés au grand public ; les textes juridiques, le jargon administratif, les termes techniques peuvent constituer des obstacles sérieux à la compréhension.

Leur transposition en langue courante peut alors permettre de franchir ces obstacles en recourant à des techniques de vulgarisation. L’équivalence, la définition, l’explication et l’illustration sont les outils à retenir pour faire comprendre le message au lecteur.

Continuer la lecture de Rédaction professionnelle #08 – Les procédés de vulgarisation

Question de langue #26 – « des fois » et « des fois que »

La bourde

Juliette parachève son courriel à Pôle-Emploi. Elle a opté pour un style décontracté mais volontaire  :

« Et surtout, n’hésite pas à me recontacter, des fois que tu aies du boulot pour moi. Sinon j’te casse la bouche à coups de formulaire. Ou de banjos. Des fois j’hésite. »

Hélas non.

Juliette (reconstitution), insensible aux locutions conjonctives et aux complications judiciaires.

Continuer la lecture de Question de langue #26 – « des fois » et « des fois que »

Rédaction professionnelle #07 – Les énumérations

Les énumérations sont fréquentes dans bien des textes, qu’il s’agisse de détailler des caractéristiques, d’indiquer des démarches à effectuer ou de présenter des conditions d’admission à un programme.

Pour le lecteur, ces énumérations représentent généralement des éléments d’information essentiels. Elles doivent donc être présentées aussi clairement que possible.

Continuer la lecture de Rédaction professionnelle #07 – Les énumérations

Expression Express #01 – « avoir l’heur de » et « avoir l’air de »

Avoir l’air de

L’expression avoir l’air de, suivie d’un verbe à l’infinitif, signifie « sembler » :

  • Tu as l’air d’avoir de la difficulté à résoudre ce problème.
  • Il n’a pas l’air de prendre cette histoire au sérieux.

Pour autant, l’expression l’air de lui plaire pourrait être remplacée par l’heur de lui plaire !

Continuer la lecture de Expression Express #01 – « avoir l’heur de » et « avoir l’air de »

Question de langue #25 – la virgule et « et »

La règle

Normalement, la conjonction de coordination et n’est pas précédée de la virgule lorsqu’elle relie deux termes de valeur équivalente, par exemple deux sujets, deux compléments, deux verbes, etc. :

  • Elles ont acheté des explosifs et des détonateurs.
  • Les pompiers et les stripteaseurs doivent travailler en étroite collaboration.
  • Il mange et régurgite beaucoup.

Et s’emploie également sans virgule lorsqu’il réunit les deux derniers termes d’une énumération :

  • J’ai acheté des pommiers, des pommes et de la choucroute.

Dans de nombreux cas toutefois, il est non seulement permis, mais indiqué de faire précéder la conjonction et de la virgule Voyons ça dans le détail !

Continuer la lecture de Question de langue #25 – la virgule et « et »

Rédaction professionnelle #06 – La relecture (5/5) : l’aspect visuel

On nous le répète depuis le cours élémentaire : la relecture constitue une étape essentielle de la démarche de rédaction. Malheureusement, il s’agit d’une étape souvent négligée ou que le corps professoral peine à enseigner. Bref, si l’on inventorie les objectifs de la relecture, ceux-ci couvrent l’évaluation de :

  • l’information,
  • la structure,
  • l’écriture,
  • la présentation visuelle.

Evidemment, une énumération de ce type veut tout et rien dire… Aussi, je me lance de novembre à janvier dans une (joyeuse) rétrospective « relecture », histoire de mettre les choses au clair une bonne fois pour toutes ! La focalisation est faite sur les documents professionnels, qui revêtent par nature des enjeux plus étendus. Précédemment, nous avons vu que la relecture se faisait en trois temps (rédacteur/pairs/lecteurs) et qu’il fallait soigner les aspects informatifstructurel et rédactionnel, notamment en vérifiant certains points précis (cf. liste).

Achevons donc notre tour d’horizon avec le cinquième volet : « l’aspect visuel » !

Continuer la lecture de Rédaction professionnelle #06 – La relecture (5/5) : l’aspect visuel

Question de langue #24 – « ce qui » et « ce qu’il »

La bourde

Juliette a passé une mauvaise journée : deux vomis et un incendie, elle n’imaginait pas comme ça un rendez-vous chez la pédicure. Croisant son colocataire qui lui demande si elle a passé une bonne journée, elle répond exténuée :

« Ce qui me faut, c’est des vacances. »

Hélas non.

Juliette (reconstitution), rageant contre les dérives de l’oralité et le manque de congés.

Continuer la lecture de Question de langue #24 – « ce qui » et « ce qu’il »

Question de langue #23 – les parenthèses

Le breffage

Les parenthèses comportent une forme ouvrante ( et une forme fermante ). Ce signe sert surtout à isoler, dans le corps d’une phrase ou d’un paragraphe, des explications ou des éléments d’information utiles à la compréhension du texte, mais non essentiels. Les parenthèses jouent un rôle important dans les textes scientifiques, techniques, juridiques et administratifs, mais il faut se garder d’en abuser.

Pour comprendre la parenthèse, vous devez devenir une parenthèse.

Continuer la lecture de Question de langue #23 – les parenthèses

Question de langue #22 – Accorder « vu »

Faites-vous une raison : les vacances attendront.  Fidèle au poste, vous avez repris le travail, non sans avoir récupéré un peu de planteur d’un copain antillais dans une flasque métropolitaine. Votre supérieur, entre deux anecdotes de Noël insipides, vous questionne sur le contenu de celle-ci. Cela se fait sous la forme d’un courriel, forwardé aux n+2 et n+3.  Vous réagissez avec sarcasme :

Cette boisson, vue/vu sa faible teneur en alcool, est réputée pour agir sur la productivité.

Vous ne croyez pas si bien dire : le planteur est vraiment bon et vraiment fort. Vous vous écroulez en mordant à pleines dents quelques touches du clavier.

Ce slogan vous poursuivra toute la sainte journée.

Continuer la lecture de Question de langue #22 – Accorder « vu »