Au jour d’aujourd’hui

« La nuit est la preuve que le jour ne suffit pas. »

  • Elizabeth Quin

Un peu plus chaque soir la nuit grelotte. Ses obscurs délicats sont le jouet du va-et-vient des lumières. Elle vacille, ébranlée par les éclairs du monde ; elle s’agite et désespère. Dans cette lutte fulminent de douces brumes. Qui devinerait les blessures noires et blanches, qui jamais écoutera le sublime ? Au milieu des âmes et des vies, les poussières sombres retombent.

Quelques-unes se déposent dans l’obscurité ; çà et là, des parterres d’étoiles. La nuit enrage, frissonne et pâlit. Et puis soudain, elle comprend. Elle comprend que les couleurs toujours brûleront, embraseront son voile.

Pendant que je m’interroge sur toutes ces éclipses, brille le noir de tes yeux. Deux couleurs un peu perdues, comme des amours qui se frôlent.

Teckhell

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.