Archives mensuelles : février 2017

Les petites pépites de février 2017

« En février le tonnerre fait tenir l’huile dans une cuillère. »

Un mois particulièrement intense à vivre, avec son lot de nouveautés tout en musicalité…

Si ce sont davantage les albums qui vous intéressent, voilà les galettes (re)découvertes au cours de février 2017 et pour lesquelles vous avez ma bénédiction :

  • Fantastic NegritoThe Last Days Of Oakland (2016)
  • Ryan AdamsPrisoner (2017)
  • ToscaGoing Going Going (2017)
  • Alan GogollOwl’s Friend (2017)

À table !

Et vous, qu’avez-vous écouté ce mois-ci ?

Rémi L.

Design d’Interactions #12 – L’horreur du vide

Régulièrement, je mets en avant certains principes et thématiques en rapport avec le design d’interactions. Il se peut que cette fiche soit amenée à évoluer, au fur et à mesure de mon apprentissage et de l’évolution de ma sensibilité. 

Qu’est-ce que l’horreur du vide en Design d’Interactions (IxD) ?

Il s’agit de la tendance à préférer les espaces remplis d’éléments ou d’objets aux espaces vides. Ce principe est surtout associé au critique Mario Praz, qui a utilisé ce terme pour qualifier la décoration d’intérieur surchargée de l’époque victorienne.

Définition et modalités

L’aphorisme d’Aristote « la nature a horreur du vide » exprime la tendance naturelle à ne pas laisser d’espaces vides mais à les remplir d’objets ou d’informations. Sur le plan stylistique, c’est le contraire du minimalisme. Ce style est notamment illustré par les tableaux de Jean Dubuffet et Adolf Wölfli, les œuvres graphiques de David Carson et Vaughan Oliver et les bandes-dessinées de S. Clay Wilson et Robert Crumn, mais l’on en rencontre aussi de nombreux exemples dans les journaux et les sites web.

Continuer la lecture de Design d’Interactions #12 – L’horreur du vide

Un lien vaut mieux que deux tu l’auras #06

Dimanche comme chaque dimanche quand j’y pense le dimanche, je dépose quelques URL aux thématiques sympathiques.

  • On commence avec une analyse de TV5 Monde (comme quoi, tout est possible) sur tous ces nouveaux mots que l’on croise de plus en plus dans les articles, comme « décruter« . Un parallèle plutôt pertinent est fait avec la novlangue à la fin de l’article. De quoi frissonner et décrypter un peu plus tout ce à quoi le langage participe.
  • Face à cette insécurité textuelle, l’ingénieur Papierfliegerei s’est préparé… Voici donc le Paper Airplane Gun, un étonnant fusil imprimé en 3D capable de tirer 120 avions en papier par minute ! Chargez une ramette de papier et le mécanisme se chargera de prendre chaque feuille, de la plier en forme d’avion et de la propulser !

En vrac et pour la pause : des tatouages en hommage aux typographies célèbres ; un clavier mécanique retro et élégant inspiré des vieilles machines à écrire ; le système CAPTCHA en pleine crise existentielle :

Voilà qui semble robot pour être vrai… bref, continuons notre exploration web :

  • Quand Konbini ne fait pas n’importe quoi avec sa ligne éditoriale, le site laisse passer quelques articles intéressants : voici donc décortiquées quelques expressions françaises chères à sa pop-culture. N’hésitez pas à briller en société post-lecture.
  • La profession de concepteur-rédacteur est toujours riche en projets : Solomon Tsitsuashvilia par exemple décidé de créer une publicité par jour pendant un an ! Au programme, de la réclame fictive pour de grandes marques, avec des slogans amusants et des concepts décalés… Comme toujours, il y a à boire et à manger mais je vous conseille de suivre sa page Facebook.

Et vous, qu’avez-vous vu et lu cette semaine ?

Rémi L.

Rédaction professionnelle #08 – Les procédés de vulgarisation

Vulgariser un texte, c’est l’adapter à un public de non-initiés afin que le plus grand nombre de lecteurs puissent le comprendre, quel qu’en soit le contenu. Par exemple, les textes administratifs doivent être adaptés au grand public ; les textes juridiques, le jargon administratif, les termes techniques peuvent constituer des obstacles sérieux à la compréhension.

Leur transposition en langue courante peut alors permettre de franchir ces obstacles en recourant à des techniques de vulgarisation. L’équivalence, la définition, l’explication et l’illustration sont les outils à retenir pour faire comprendre le message au lecteur.

Continuer la lecture de Rédaction professionnelle #08 – Les procédés de vulgarisation

Question de langue #26 – « des fois » et « des fois que »

La bourde

Juliette parachève son courriel à Pôle-Emploi. Elle a opté pour un style décontracté mais volontaire  :

« Et surtout, n’hésite pas à me recontacter, des fois que tu aies du boulot pour moi. Sinon j’te casse la bouche à coups de formulaire. Ou de banjos. Des fois j’hésite. »

Hélas non.

Juliette (reconstitution), insensible aux locutions conjonctives et aux complications judiciaires.

Continuer la lecture de Question de langue #26 – « des fois » et « des fois que »

Design d’Interactions #11 – Le syndrome de NIH

Régulièrement, je mets en avant certains principes et thématiques en rapport avec le design d’interactions. Il se peut que cette fiche soit amenée à évoluer, au fur et à mesure de mon apprentissage et de l’évolution de ma sensibilité. 

Qu’est-ce que le syndrome de NIH en Design d’Interactions (IxD) ?

Il s’agit de la tendance à rejeter les idées et les innovations venues d’ailleurs.

Source de comportements contre-productifs

Le syndrome du NIH (Not Invented Here, « pas inventé ici ») est un phénomène organisationnel dans lequel les groupes résistent aux idées et aux apports provenant de sources externes, ce qui aboutit à « réinventer la roue », avec souvent pour résultat des performances médiocres au prix d’un travail inutile. Les exemples abondent :

  • Lorsque le groupe Phillips a racheté Sonicare, fabricant d’une brosse à dents très populaire, il a décidé de revoir le design et la fabrication de ce produit qui n’en avait pourtant pas besoin.
  • Timex a effectué un redesign tout aussi discutable de l’ordinateur Sinclair Spectrum pour le revendre aux Etats-Unis sous le nom Timex 2068. Les modifications ont augmenté la capacité de l’ordinateur, mais au prix de nombreuses incompatibilités logicielles et le produit ne s’est pas vendu.
  • Longtemps après la publication d’études ergonomiques et de résultats commerciaux indiquant que le nombre optimal de boutons sur une souris d’ordinateur était de deux, Apple conservait son design à un seul bouton.
  • Quand un propriétaire dévoué de robot AIBO a créé une application permettant au chien de danser en musique, Sony a réagi par une menace de poursuite en justice.

Qu’est-ce qui pousse les organisations à adopter ces comportements contre-productifs ?

Continuer la lecture de Design d’Interactions #11 – Le syndrome de NIH

Rédaction professionnelle #07 – Les énumérations

Les énumérations sont fréquentes dans bien des textes, qu’il s’agisse de détailler des caractéristiques, d’indiquer des démarches à effectuer ou de présenter des conditions d’admission à un programme.

Pour le lecteur, ces énumérations représentent généralement des éléments d’information essentiels. Elles doivent donc être présentées aussi clairement que possible.

Continuer la lecture de Rédaction professionnelle #07 – Les énumérations

Expression Express #01 – « avoir l’heur de » et « avoir l’air de »

Avoir l’air de

L’expression avoir l’air de, suivie d’un verbe à l’infinitif, signifie « sembler » :

  • Tu as l’air d’avoir de la difficulté à résoudre ce problème.
  • Il n’a pas l’air de prendre cette histoire au sérieux.

Pour autant, l’expression l’air de lui plaire pourrait être remplacée par l’heur de lui plaire !

Continuer la lecture de Expression Express #01 – « avoir l’heur de » et « avoir l’air de »